Octobre, 2021

02Oct15:1515:30ENTRETIEN ARNO BERTINA15:15 - 15:30 Café littéraire - Espace A

Détail événement

Bertina Arno

Édition: Verticales

Livre: Ceux qui trop supportent

L’auteur :

Né en 1975, Arno Bertina est l’auteur de deux romans aux Éditions Actes Sud, Le Dehors ou la migration des truites (2001) et Appoggio (2003), d’une biographie imaginaire consacrée à Johnny Cash, J’ai appris à ne pas rire du démon (Naïve, 2006), d’un bref récit Des lions comme des danseuses (La Contre Allée, 2015) et d’un livre de photographies Faire la vie (éditions Sometimes, 2020). Aux Éditions Verticales, il a publié trois fictions : Anima motrix (2006), Je suis une aventure (2012), Des châteaux qui brûlent (2017 ; Folio, 2019) ainsi que deux récits : Ma solitude s’appelle Brando (2008) et L’âge de la première passe (2020). Membre fondateur de la revue Inculte, il a participé à des ouvrages collectifs tels que Une année en France (Gallimard, 2007), Boulevard de Yougoslavie (éd. Inculte, 2021) et, avec des photographes, La borne SOS77 ou Numéro d’écrou 362573 (Le Bec en l’air, 2009, 2013).
Il écrit en outre dans de nombreuses revues littéraires, et des fictions radiophoniques pour France-Culture – qu’il s’agisse de créations ou d’adaptations de chefs-d’oeuvre tels que Sous le volcan de Malcolm Lowry, et Les Démons de Dostoïevski (avec Oliver Rohe).

Le livre :

« Fraternité, expertise, pertinence politique… Voilà ce qui se dégage des combats sociaux lorsqu’ils sont vécus de l’intérieur, et non via ces caméras de télévision indifférentes à la joie des ouvriers se découvrant une voix qui porte. Peut-être ces salariés de La Souterraine m’ont-ils séduit, aussi, car je les ai vus lucides mais courageux, et plein d’allant malgré l’épée de Damoclès qu’ils savaient pendue au-dessus de leur tête. (…) Leur intelligence m’a aimanté. »

En 2017, Arno Bertina rencontre des salariés en lutte sur le site de l’usine GM&S (équipementier automobile). Au lieu d’y voir un pur écho à son roman Des châteaux qui brûlent, il va recueillir leurs témoignages quatre années durant, et ainsi rendre hommage à la fierté ouvrière, à leur résistance inventive et obstinée. Ceux qui trop supportent est un récit documentaire nerveux, haletant et d’une humanité poignante.

Durée

(Samedi) 15:15 - 15:30

Lieu

Café littéraire - Espace A

Gymnase de la Chênaie

Aller en haut